transport/taxi

Les différents moyens de transport pour les personnes

Posté par Admin Sur 10 feb, 2015 Commentaires(2)

Du moyen-âge à la révolution française
Durant la période qui va du Moyen-âge à 1789 et la révolution française, les hommes ont à leur disposition différents moyens de transport.  Ces moyens de transport permettent le déplacement des marchandises ou le transport des gens.  Voici les différents véhicules que vous pouviez emprunter pour vous rendre d’un point à un autre dans une ville ou pour aller de ville en ville, du XVI au XVIII ème siècle.
Le moyen de transport ( www.allo-taxi.pro ) le plus basique de l’époque, est sans aucun doute la chaise à porteurs.  Elle permettait le transport d’une seule personne, bien souvent un noble ou un riche bourgeois et deux hommes devaient la porter à bout de bras ou sur leurs épaules.
Avec l’avènement des différents moyens de transport hippomobiles, les chaises à porteurs finirent par disparaître complètement.
Le coche
Au XVI ème siècle, un nouveau moyen de transport urbain va voir le jour, on l’appelle alors le coche.  Le coche est une espèce de caisse en osier posée sur une armature faite en bois.  Au départ, ces véhicules ne sont pas encore équipés de suspensions, mais peu à peu, on va installer des sangles en cuir qui permettront d’amortir les chocs rendant ainsi les voyages en coche bien plus confortables.  Pour améliorer encore un peu plus le confort des passagers, on va également refermer la caisse afin de les mettre à l’abri des intempéries.  Le cocher, qui est donc le conducteur du coche, montait à l’origine, un cheval de l’attelage et finira par s’installer sur le devant de la voiture.
La patache
La patache va alors succéder au coche.  Elle est l’ancêtre de la diligence telle que nous nous la représentons de nos jours.  La patache était équipée de deux petites roues à l’avant et de deux plus grandes roues sur le train arrière et ses roues pouvaient même pivoter.  Ce véhicule était tiré par un, deux ou même quatre chevaux et le cocher s’installait à l’avant.  Cette voiture pouvait transporter de deux à quatre passagers et leurs bagages, et elle fut le tout premier moyen de transport en commun de certaines villes du Moyen-âge.
Le carrosse
La carrosse est un véhicule contemporain de la patache.  On le classerait aujourd’hui dans les véhicules dits haut de gamme équipés de toutes les options.  C’est un véhiculé fermé équipé de portières et de suspensions.  Une voiture que l’on utilisait dans la vie de tous les jours mais qui était réservée à une certaine élite, la bourgeoisie ou la noblesse de l’époque.  Certains de ces carrosses étaient très richement ornés et servaient comme véhicule d’apparat dans certaines occasions bien précises.  De nos jours, le carrosse est toujours un véhicule d’apparat qui ressort des garages, notamment en Angleterre, lors des mariages princiers par exemple.
La chaise de poste
La chaise de poste fera son apparition vers l’an 1660.  Elle est aussi un véhicule tiré par un cheval mais elle n’a que deux roues seulement.  C’est un véhicule très léger et très rapide qui est dirigé par un postillon qui monte un cheval de l’attelage.  On s’installe dans ce type de véhicule, en montant par l’avant.  Ce véhicule servira essentiellement au transport du courrier mais il peut également emmener un ou deux passagers.
La malle poste
La malle poste est tout simplement une chaise poste bien plus grande.  Elle est quant à elle, équipée de quatre roues et peut emmener facilement de quatre à huit passagers.  Elle servait elle aussi, essentiellement au transport du courrier et des colis et bien que plus lourde que la chaise de poste, elle était elle aussi très rapide.

La diligence
En 1760, le moyen de locomotion le plus confortable de  cette époque pour voyager, était sans aucun doute la diligence.  Non seulement on avait tout fait pour améliorer le confort des passagers, mais on avait travaillé également sur la vitesse des déplacements.  Et si au début on ne se déplaçait pas plus vite qu’un homme qui marche, on a très vite atteint la vitesse d’un cheval qui trotte, pour finalement atteindre vers 1848, les 18 km à l’heure.  Cette vitesse peut nous sembler dérisoire de nos jours mais en moins d’un siècle, on était passe du 6 à l’heure à la vitesse de 18 kilomètre à l’heure. 
Les plus grosses diligences pouvaient emmener jusqu’à 16 passagers à la fois.  L’intérieur était divisé en trois compartiments plus ou moins confortables.  Certains voyageurs étaient installés à l’air libre sur des espèces de strapontins et les bagages étaient placés sur le toit, sous une bâche, pour les protéger des intempéries.
A l’intérieur de la diligence, on trouvait de longs et grands rideaux de cuir posés devant les fenêtres, pour couper le vent et pour protéger les passagers du froid et de la pluie.
Le conducteur de la diligence était un cocher et il était parfois assisté par un postillon qui montait le premier cheval à gauche de l’attelage.
L’amélioration des routes et les différentes innovations installées sur les véhicules, ont fait que les diligences ( fourriere auto ) sont devenues de plus en plus lourdes, certaines pesant alors jusqu’à quatre tonnes.  C’était malgré tout un véhicule très rapide pour l’époque et vitesse aidant, il arrivait que la diligence se retourne en roulant, ce qui pouvait être très dramatique si elle était pleine de passagers à ce moment-là.
Les diligences n’étaient pas partout pareilles, et on en trouvait de différents types puisqu’elles étaient fabriquées par différents artisans régionaux qui les adaptaient en fonction des spécificités locales.  On n’avait pas besoin du même type de véhicule à Paris que dans les coins retirés et montagneux de la province, ni de la même diligence qu’à la mer par exemple.

Ces véhicules vont alors continuer à circuler et à transporter des passagers d’un bout à l’autre de l’Europe et des Etats-Unis, et ce jusqu’à l’avènement de l’automobile électrique et du moteur à explosion, le chemin de fer ayant commencé le travail de sape en transportant nombre de leurs passagers sur les longues distances…

Dernier message